Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baramalice

Tu n'as rien à me dire. Tu n'es pas mon père.

28 Mars 2007 , Rédigé par Amélie Gahete Publié dans #la page d'Amélie Gahete

(La page d'Amélie Gahete résume, synthétise, raconte ...les rencontres qu'elle a faites chez nous, avec les parents de l'école ou du quartier. )

Sur le thème de l'autorité, un papa, resté bien silencieux durant toute la rencontre, puis peu à peu mis en confiance, prend la parole.
Comme des milliers de familles, il a recomposé un couple, et vit aujourd'hui avec une femme qu'il aime et avec laquelle il a fait un petit garçon.
Dans la maison, vit également la grande soeur, fille biologique de la maman mais non de ce père.

Cette jeune personne est une pré-adolescente de douze ans. Et se posent aujourd'hui pour elle les questions de son identité, pré-adolescence oblige.
Le papa qui nous parle est timide, se dit pudique et le groupe est attentif et respectueux.
Il a bourlingué puis un jour s'est "assagi". Voilà que tout devrait aller bien dans cette famille.

Mais la jeune fille est en conflit ouvert avec lui. Aucune règle de la maison n'est respectée, chaque demande est sujette à des provocations, le vocabulaire de la pré-adolescente est irrecevable (inutile ici de reproduire des exemples, je laisse à chacune et chacun le soin de faire fonctionner son imagination).

Je demande à ce monsieur s'il considère cette adolescente comme son enfant. Très ému, il hésite longuement à répondre.
Puis sort la phrase fatidique, celle que nombre de pères -parfois mais plus rarement des mères- entendent de la part de certains enfants :
- Tu n'as rien à me dire. Tu n'es pas mon père.

Afin de laisser à ce papa, fort courageux d'être venu poser son souci devant témoins, je demande à tous :
- Qui est le vrai jardinier ? Celui qui plante la graine et puis un beau matin, va naviguer sur l'océan, ou celui qui découvre une plante, qu'il ne connaît pas, mais dont il prend
soin au jour le jour ?

Une famille qui se reconstitue, quelle qu'en soit la raison, offre toujours, notamment au pré-adolescents ou adolescents, le motif de questionner ses parents, ou celui qui l'éduque, sur la déliaison, sur sa filiation aussi.

Le "vrai" parent, est-ce le géniteur qui a disparu ? Est-ce le parent juridique ? Est-ce le parent "social" ? Est-ce le parent qui cimente les liens au quotidien, nourrit, prend soin, aide aux devoirs, joue, rit avec l'enfant qui n'est pas de son sang ?

A la phrase, assassine et en même temps douloureuse de cette jeune fille : - Tu n'es pas mon père, tu n'as rien à me dire...  cet homme pensait jusqu'alors que c'était une phrase qui détenait un fond de vérité.
Il reconnaît, terriblement ému, que du coup, jamais il ne s'est autorisé à lui dire : - Je te considère comme ma fille. Je t'aime comme un père. Je te respecte et tu me dois le
respect.

Le papa s'aperçoit qu'il n'a jamais dit : - Je t'aime.
Comme s'il n'en avait pas le droit. Parce que lui-même, aussi, n'a pas appris à le dire.
Ils ont donc bien des choses en commun.

Après réflexion, ce papa pense que s'il parvient à dire ces mots, ou à les écrire s'il n'arrive pas à les prononcer, il y a des chances que la pré-adolescente soit apaisée d'avoir trouvé un homme qui non seulement la reconnaît comme son enfant, mais qui s'engage à l'accompagner jusqu'à ce qu'elle devienne adulte.

N'importe quel contrat d'amour implique des devoirs, respectifs, envers l'autre. Mais aussi une sécurité, une promesse de non-abandon lorsqu'il s'agit d'un enfant,

probablement douloureuse d'avoir été "lâchée" par un père biologique.

Dans cette histoire fort touchante, on peut imaginer que la parole de cet homme permettra à la jeune fille, un jour, de côtoyer des garçons de son âge sans les débiter d'un jugement négatif ("tous pareils !").

L'enfant est une personne. Certes. Mais n'est une personne que s'il peut s'appuyer sur l'histoire des parents avec lesquels il vit, pour se construire.
Le père est souvent une pierre de touche, qui fonde les liens des membres d'une famille tout autant que la mère.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article