Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baramalice

CAPRICE C'EST FINI (4)

27 Janvier 2010 , Rédigé par baramalice Publié dans #la page d'Amélie Gahete



le caprice une epreuve 


CAPRICES ET PLANTES GRIMPANTES, MEME COMBAT
 


*** Une maman :
- J'ai entendu dire que l'enfant ne fait de caprices que s'il sait que cela va marcher. Il a généralement essayé et a eu gain de cause. La plupart du temps, les caprices sont pour obtenir de petites choses. Est-ce vrai ?


Je pense que oui.
Toutefois je crois aussi que tous les enfants vivent le caprice au moins une fois ou deux, par frustration du plaisir manqué. Ce qui veut dire que spontanément, comme un acte incontrôlable et qui les dépasse, tous les enfants deviennent fort tristes ou en colère de se heurter à un refus pour une chose qu'ils voudraient immédiatement.

 
La colère de l'enfant déclenchée par votre "non" est une bonne colère. Il reste à l'enfant à apprendre à gérer cette colère dont il n'obtiendra rien de plus.

Il est certain que si les parents lâchent du lest, l'enfant réitèrera ce comportement.

 


*** Une autre maman dit qu'en ce qui concerne les magasins, elle n'a pas cédé la première fois, le regard des autres ne la gênant en aucune manière, si bien qu'une fois après avoir dit "non" à son enfant, la tentative des caprices ne marche pas.


 

Pourquoi je ne fais pas ce que je veux


***Une autre maman explique avec beaucoup d'émotion qu'il lui aura fallu les 3 premières années de sa fille pour changer radicalement de comportement.

 
- Je lui apportais depuis toujours, chaque jour, une petite chose, une surprise, à la sortie de l'école. Et puis après ces rencontres, j'ai vérifié qu'elle ne manifeste aucune joie, pas de surprise. Donc... C'est difficile.. Mais donc.... je vois bien, c'est vrai, qu'en croyant tout lui donner, je ne l'aide pas à grandir parce que mes "surprises", elles n'en sont pas pour elle.

 
Cette maman digère son émotion et dit combien elle s'aperçoit que sa joie d'avoir pensé à acheter à sa fille une toute petite chose n'est pas partagée. Il n'y a pas le même enthousiasme en retour, l'enfant semblant presque indifférente puisque ce rite est devenu une habitude sans intérêt pour la petite-fille, qui prend la chose "pour faire semblant d'avoir du plaisir" mais la délaisse.

 
Cette maman reconnaît également que les rencontres sur un thème entre parents lui ont permis de réfléchir sur sa manière de faire, et qu'elle en a parlé à sa fille, lui disant qu'elle avait décidé de ne pas tout lui donner. Pour son bien.

 
L'émotion vient du fait qu'elle se sent encore un peu déchirée entre son envie de rendre sa fille heureuse, ne manquant de rien, et qu'au fil du temps elle s'aperçoit qu'en faisant ainsi, sa fille ne deviendra pas quelqu'un de bien.


Je fais remarquer à cette maman qui a énormément travaillé sur elle, qu'ils ont un autre petit, un garçon, et qu'il semble très précieux qu'elle réagisse maintenant, parce que le caprice engendre souvent de la jalousie et du mimétisme entre frères et soeurs.



Un papa, silencieux jusqu'alors, dira, très justement  :

- Parfois, on cède aux caprices de nos enfants parce que nous.. Nous avons manqué de quelque chose, de beaucoup de choses, et alors nous voulons.... Nous voulons lui donner ce que l'on a pas eu à son âge.



un caprice
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article